skip to Main Content
Our Family Lawyers Team

Causes

L’enlèvement international d’enfants

L’Espagne

Dans ce dossier, les enfants ont été déplacés de leur résidence habituelle en Espagne, et le père a engagé le bureau d’avocats Kalman Samuels pour obtenir le retour immédiat des enfants. Ce dossier est significatif pour deux raisons. Premièrement, après avoir obtenu une décision favorable au niveau de la Cour Supérieure du Québec, un appel fut interjeté à la Cour d’appel du Québec. Nous avons été en mesure d’obtenir gain de cause en appel et les enfants ont été retournés en Espagne.

Ce cas est tout aussi significatif dans la mesure où le père des enfants n’avait pas les moyens d’assumer entièrement le coût des services juridiques et de quitter son emploi pour se rendre au Canada afin d’assister à l’audience. En tant que cabinet de premier ordre dans le domaine et innovateur, nous avons été le premier cabinet d’avocats à obtenir la permission de faire témoigner notre client dans une affaire familiale par Skype.

Le jugement de la Cour supérieure du Québec, district de Montréal

Le jugement de la Cour d’appel du Québec

La Nouvelle-Zélande

Dans ce cas, les enfants étaient illégalement retenus au Québec par le père à la suite de leur visite durant la période estivale. Leur résidence habituelle était la Nouvelle-Zélande. Ce cas est significatif pour trois raisons.

Premièrement, le père avait mis en place, avec l’aide de sa famille, une opération de séduction des enfants pendant leur visite durant les vacances d’été en leur achetant les meilleurs jeux vidéo, en se pliant à leur moindre désir et en leur faisant des promesses inimaginables. Au moment où l’audience a été fixée, les deux enfants ont émis à la Cour et par l’entremise de leur procureur, leur désir de rester au Canada. En dépit de cette manipulation, le cabinet d’avocats Kalman Samuels a été en mesure d’obtenir une ordonnance de retour immédiat des enfants, en plus d’une compensation financière importante pour notre cliente.

Le deuxième élément significatif dans ce dossier est que l’audience s’est tenu dans la ville de Québec, à trois heures de route de Montréal. Et même si la cliente a compris que cela entraînerait des coûts additionnels importants en raison du déplacement dans la ville de Québec, celle-ci a pris la décision qu’elle ne voulait prendre aucun risque en faisant affaire avec notre bureau d’avocats. Sa décision a été payante.

Le troisième élément à noter dans ce dossier souligne l’excellent travail d’équipe qui est en vigueur au sein du cabinet d’avocats Kalman Samuels. En effet, et comme mentionné ci-dessus, l’enlèvement a eu lieu pendant la période estivale qui représente un temps de l’année occupé pour les cabinets d’avocats pratiquant en matière familiale. L’avocat principal du cabinet qui a plaidé ce dossier était déjà fort occupé dans d’autres dossiers lorsque ce cas s’est présenté à notre cabinet. En outre, l’avocate responsable du dossier qui avait préparé la cliente savait qu’elle serait dans l’incapacité d’effectuer les représentations à l’audience compte tenu du fait qu’elle devait partir en congé de maternité. Avec l’aide des jeunes avocats du cabinet et des employés dévoués, la transition du dossier à l’avocat principal s’est faite rapidement, de manière efficace et sans problèmes.

Le jugement de la Cour Supérieure du Québec, district de la ville de Québec

La Floride

Dans ce dossier à la fois fascinant et extrêmement complexe, le cabinet d’avocats Kalman Samuels a été en mesure d’assurer le retour des enfants en Floride auprès de leur père après que leur mère les ait enlevés et amenés à Montréal. Ce qui caractérise particulièrement ce dossier, c’est que notre client n’était ni le père biologique des enfants ni leur père adoptif. Une fois de plus, les avocats du cabinet Kalman Samuels ont brillé par leur travail et même dépassé toutes attentes.

Le jugement de la Cour supérieure du Québec

Garde d’enfants

Nous représentons régulièrement des parents voulant obtenir une garde partagée ou exclusive de leurs enfants dans des contextes variés. Par exemple, nous avons obtenu une garde partagée pour un parent d’un enfant ayant des besoins spéciaux dans un dossier hautement contesté :

Lire la décision

Dossiers internationaux et débats de juridictions

Me Sadeg gère régulièrement des dossiers complexes de droit international privé impliquant diverses juridictions et l’application des lois étrangères. Elle a acquis au fil des années de pratique une expérience significative et une bonne connaissance des questions impliquant la compétence internationale des autorités québécoises en vertu du Code civil du Québec.

Lire la décision

Diffamation

Notre cabinet est l’un des rares cabinets d’avocats à Montréal ayant réussi à obtenir des dommages dans des cas de diffamation. En utilisant une expertise psychosociale et une preuve par témoignage, nous avons été en mesure de démontrer les répercussions douloureuses de la diffamation que sa cliente avait subie. En effet, cette dernière qui avait immigré au Canada éprouvait des difficultés à s’y établir et à se bâtir une bonne réputation dans le monde professionnel en raison de la diffamation. Nous avons été en mesure d’obtenir des dommages moraux et des dommages punitifs, ainsi qu’une injonction contre le défendeur.

Lire la décision

Lésions corporelles

Veuillez noter qu’il ne faut sous-estimer ni l’étendue que peut avoir une blessure mineure ni les compétences de nos avocats. Dans une affaire traitée par la Cour Supérieure du Québec le 30 mars 2015, un jeune artiste s’était coupé un bout de doigts à cause d’une machine et avait subi des dommages qui d’ordinaire auraient été estimés entre mille et deux mille dollars (1,000$ à 2,000$). Comme il n’a pas été possible de négocier un règlement satisfaisant dans le dossier, nous avons décidé d’intenter des procédures à la cour. Nous avons obtenu gain de cause devant le tribunal d’une façon sans précédent en faisant estimer la blessure à plus de cent mille dollars (100,000$). Cette affaire est devenue une décision judiciaire qui fait office de référence dans le domaine et qui a fait l’objet d’une multitude de présentations lors de conventions annuelles parmi les avocats. Nous avons eu gain de cause en faisant valoir au tribunal que notre cliente était une artiste et que sa blessure, bien que mineure, aurait des conséquences permanentes sur sa capacité de dessiner, ce qui a entravé son choix de carrière et son développement au courant de la période d’adolescence. La morale de l’histoire est que même pour des atteintes mineures, il est préférable de consulter un professionnel.

Lire la décision

Outrage au tribunal

Nous avons obtenu gain de cause dans une décision d’outrage au tribunal impliquant un parent qui ne respectait pas les ordonnances de la Cour de manière répétée et intentionnelle :

Lire la décision

Protection du droit à la vie privée

Nos avocats ont obtenu de nombreuses injonctions et ordonnances de la Cour pour le retrait de contenus à caractère personnel ou diffamatoire sur Internet, lesquelles ont souvent été suivies par des dommages-intérêts ou des règlements hors cour.
Lire la décision

Violence conjugale

Dans un dossier de violence conjugale fortement médiatisé, l’équipe de Kalman Samuels a obtenu d’importantes compensations pour les dommages moraux et punitifs qui avaient été commis, établissant des records au Québec et au Canada. Les médias se sont notamment empressés de souligner que plusieurs personnes qui militent contre les violences conjugales faites aux femmes se réjouissaient qu’une «porte donnant accès à la justice a été ouverte ».

Lire la décision

Droit des successions

Québec – Brésil – Floride – New Jersey

La décision Gatti c. Barbosa Rodrigues a été l’un des cas de succession les plus médiatisés au Québec pendant plusieurs années. Les circonstances plutôt inhabituelles de la mort de l’ancien champion de boxe Arturo Gatti au Brésil ont mené sa famille à remettre en cause le bien-fondé de l’héritage qui était laissé à sa conjointe, Amanda Rodrigues.

Grâce à sa réputation établie de longue date dans ce domaine, le bureau d’avocats Kalman Samuels a été choisi pour représenter les intérêts de Mme Rodrigues. Il s’en est suivi une longue et fastidieuse bataille juridique, avec près de 13 jugements rendus, parmi lesquels le jugement final qui fait état de la décision en 73 pages au total.

Back To Top